DE LA FRANCE DES METROPOLES A LA METROPOLE FRANCE

Traversée du nord des Landes par l’A63 – Exemple emblématique de conflit entre la technique au service de l’aménagement du territoire et le souci de l’écologie.
Photo Larrousiney / Wikipedia

A propos de La France des territoires, défis et promesses de Pierre Veltz

Alors que le président Macron a ciblé le Rassemblement National (RN) en tant que principal adversaire politique en vue des prochaines élections municipales et que ce dernier par la voie de sa présidente a fait passé la résorption de la fracture territoriale avant la dénonciation de l’immigration ; alors qu’aux assises de l’Association des petites villes de France (APVF) au Pont du Gard le 19 septembre le Premier ministre déclarait que « l’acte II de ce quinquennat est celui des territoires, de tous les territoires et de toutes les communes », sous-entendu grandes et petites, et que  Marine Le Pen lançait le 15 septembre à Fréjus pour sa rentrée politique le mot d’ordre de « démétropolisation » ; alors que la reconquête des territoires ruraux est l’objectif de La République en marche ! (LRM) et que celui du RN est de séduire les habitants des grandes villes, il est plus que jamais opportun de reprendre le fil des réflexions de Pierre Veltz à travers son dernier ouvrage paru en début d’année aux Editions de l’aube afin d’y voir plus clair et fourbir ses armes en vue des futures échéances électorales.

Lire la suite « DE LA FRANCE DES METROPOLES A LA METROPOLE FRANCE »

SEMINAIRE ANALYSE ET POLITIQUE DE LA VILLE : La ville dans l’action publique – Un demi-siècle d’expériences

Chères lectrices, chers lecteurs

C’est, l’heure de la retraite  venue, pour ne pas entrer en errance oisive que j’avais, voici cinq ans déjà, entrepris cette pérégrination dans la littérature de la ville. Pérégrination au gré de retrouvailles au fond de ma bibliothèque ou de nouvelles rencontres, parfois inopinées. L’itinéraire ainsi reconstruit depuis les célèbres enquêtes de Villermé en France et Engels en Angleterre m’ont permis de vous faire partager ma passion pour ces « urbanités » qui, traversant toutes les disciplines, les transcendent pour rejoindre les « humanités ». Convergence qui ne tient nullement au hasard mais bien plutôt d’un destin qui nous a progressivement fait passer de la vie campagnarde à la vie urbaine, laquelle n’a pas fini de se renouveler pour tantôt nous rebuter tantôt nous attirer, nous séduire ; bref, toujours nous surprendre.

Puis, délaissant quelque peu nos livres,  nous avons renoué avec le terrain pour vous livrer le témoignage d’une enquête portant sur trois sites en rénovation : Les Quatre mille de La Courneuve, La Duchère à Lyon et les Quartiers nord de Marseille. Enquête au cours de laquelle nous avons cherché à comprendre les errements d’une reconquête urbaine doublée d’une thérapie sociale à travers une centaine d’entretiens auprès de professionnels et d’acteurs associatifs ainsi que d’habitants, non moins acteurs de la transformation de leurs lieux de vie.

De notre parcours livresque à l’enquête de terrain, aucune rupture, tant l’un de l’autre se sont réciproquement nourris. Et il n’y a pas moins continuité avec ces séminaires d’«analyse et politique de la ville» que nous publions à partir d’aujourd’hui. Riches d’interventions pluridisciplinaires et de débats, ils sont animés par Guy Burgel depuis plusieurs années en partenariat avec le LGU de l’université Paris Nanterre, la FMSH, l’EHESS et le Comité d’Histoire des ministères de l’Ecologie et de l’Habitat. Pour l’année 2017-2018, consacrée à « La ville dans le débat public », le premier de ces séminaires, dont la session s’est tenue le 15 décembre dernier portait sur « La ville dans l’action publique : un demi-siècle d’expériences », dont vous pouvez lire le compte rendu ci-dessous. 

Photo Marcus (Flickr)

Ville nouvelle de Marne-la-Vallée : Les Espaces d’Abraxas (vue de l’Arche) de Ricardo Bofill ; lequel, dans une interview au Journal Le Monde du 8 février 2014, avouait « Je n’ai pas réussi à changer la ville » (Photo Marcus/ Flickr) :

« Le projet est né d’une utopie théorique, en Espagne, dans les années 60. “Ville dans l’espace” consistait à considérer la ville comme un processus et non comme un objet fini. L’objectif était de mélanger les catégories sociales et de créer des modules qui peuvent être investis de différentes manières. […] Ma démarche est opposée à celle de Le Corbusier. »

« Mon modèle n’a pas été pris en exemple pour construire d’autres villes. Je me suis trompé dans la temporalité. La période, la fin des années 60, n’était pas propice au changement car après moi, on a continué à faire des barres. Le malheur qui règne dans les banlieues françaises n’a pas été aboli. »

« Il s’agit d’un espace unique qui a pâti du manque d’esprit communautaire propre à la France : les populations ne se sont pas mélangées. Mais les Espaces d’Abraxas ont été abandonnés : à l’époque, on disait que pour que ça marche il fallait y faire vivre au maximum 20 % d’immigrés, afin de réussir à réellement mélanger les populations. Ça n’a pas été appliqué. Le manque également d’équipements et de commerces et le fait que l’espace soit fermé sur lui-même pose des problèmes à certains. Pour moi, c’est une expérience unique et finie et je ne la répéterai jamais car j’ai vu les difficultés que ça entraîne. »

Ricardo Bofill

Compte rendu du séminaire

Sommaire des exposés et intervenants

 Retour sur une action : la politique des villes nouvelles

  • Sabine Effosse (historienne, Université Paris Nanterre)
  • Bertrand Warnier (urbaniste, Établissement public d’aménagement de Cergy-Pontoise)

De la loi d’Orientation foncière (LOF) à la loi Solidarité et Renouvellement urbain (SRU) : la loi sur la longue durée

  • Laurent Coudroy de Lille (géographe, Université Paris Est Créteil, Institut d’urbanisme de Paris)

Une innovation : le ministère de la politique de la ville

  • Renaud Epstein (sociologue-politologue, Sciences Po Saint-Germain-en-Laye)

Deux témoignages personnels sur la politique de la ville

  •  Yves Dauge (ancien sénateur-maire de Chinon, Indre-et-Loire)
  • Jean Frébault (urbaniste, Conseil général des Ponts et Chaussées)

Table ronde : Présence et absence de la ville dans le débat public

  •  Jean-Pierre Duport (ancien préfet d’Île-de-France, de la Seine-Saint-Denis, ancien président de Réseau ferré de France)
  • Christian Devillers (architecte-urbaniste)

Conclusion

  •  Guy Burgel

 __________________________

I – Retour sur une action : la politique des villes nouvelles

  • Sabine Effosse (historienne, Université Paris Nanterre)
  • Bertrand Warnier (urbaniste, Établissement public d’aménagement de Cergy-Pontoise)

Sabine Effosse, qui a étudié les villes nouvelles dans le cadre du programme interministériel d’histoire des villes nouvelles sous la direction de Jean-Eudes Roullier, effectue une présentation générale (objectifs, phasage, principes d’aménagement et esquisse de bilan) et cite d’emblée trois ouvrages particulièrement importants sur ce sujet :

  • Sabine Effosse, Entretien avec Roger Goetze. Un financier bâtisseur, 1957-1988, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, (CHEFF), 2007, XVI-103 p.
  • Loïc Vadelorge (dir.), Jean-Eudes Roullier, un pionnier des politiques de l’espace urbain, Paris, La Documentation française, 2011, 228 p. [recueil de textes]
  • Sébastien Laurent, Jean-Eudes Roullier (dir.), Paul Delouvrier, un grand commis de l’État, Paris, Presses de Sciences Po, 2005, 139 p.

Objectifs de la création

Elle rappelle tout d’abord que les villes nouvelles ont été lancées dans les années 60 dans un double objectif de modernisation urbaine. Il s’agissait d’une part de corriger la politique des grands ensembles de banlieue menée depuis 1950. Il visait d’autre part à maîtriser la croissance urbaine des départements de la Seine, Seine-et-Marne et Seine-et-Oise, totalement incontrôlée.

Phasage de la mise en place

Il s’élabore en 1961 avec la création par les pouvoirs publics d’un dispositif administratif nouveau : le District de la Région de Paris.

Paul Delouvrier, inspecteur Général des Finances ayant à son actif l’expérience du Plan de Développement économique et social de Constantine, en sera le premier délégué. Il va s’entourer dans sa mission d’une équipe de fonctionnaires des Finances, d’ingénieurs des Ponts et Chaussées et de membres de l’administration préfectorale.

La création du District remet en cause le Plan d’Aménagement et d’Organisation Générale de la région parisienne (PADOG), adopté en 1960. Il était en effet déjà jugé caduc pour répondre aux prévisions démographiques de l’agglomération tablant sur une croissance rapide et prolongée. Cet esprit de croissance démographique établi par l’INSEE est corroboré par les études de l’IAURP créé en 1960. Il va conditionner la conception et l’élaboration du Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Parisienne (SDAURP), adopté en 1964, qui exigeait le rééquilibrage de l’agglomération parisienne.

Principes d’aménagement

Le Schéma Directeur envisage un ordonnancement autour de deux axes d’implantation de villes nouvelles situés par rapport à Paris :

  • au nord avec Cergy-Pontoise et Marne-la-Vallée,
  • au sud avec Saint-Quentin-en-Yvelines, Evry et Melun-Sénart.

Pour répondre au processus de desserrement urbain, elles sont envisagées à une certaine distance de Paris, sans toutefois en être très éloignées. En outre, une règle d’urbanité régit leur conception : assurer l’équilibre entre travail, habitat, transport et art de vivre.

Les travaux préparatoires ont été tenus secrets car on voulait éviter le risque de spéculation foncière. On a alors parlé d’un « coup de force jacobin », qui revenait à dire : « Non aux bidonvilles, non aux villes bidons ! ». En clair, il ne fallait ni mitage de l’espace, ni Sarcelles. Il y a eu absence de concertation avec les élus locaux. Paul Delouvrier a même été qualifié, à cette occasion, d’« Haussmann des faubourgs » !

La gestion territoriale

Des Zones d’Aménagement Différé (ZAD) seront instituées pour freiner la spéculation foncière avec la création d’un opérateur foncier, l’Agence Foncière et Technique de la Région Parisienne (AFTRP).

Des missions d’étude seront mises en place de 1966 à 1969 auxquelles se substitueront des Etablissements Publics d’Aménagement (EPA) pour les réalisations. La loi Boscher de juillet 1970 instaure dans les villes nouvelles des SCAAN (Syndicats Communautaires d’Aménagement d’Agglomération Nouvelle), pour individualiser localement les opérations, et un Groupe Central des Villes Nouvelles (GCVN).

Vers une esquisse de bilan ?

Les villes nouvelles témoignent d’un projet de politique urbaine ambitieux, tant au niveau des objectifs et des outils mis en place que des hommes qui l’ont conduit.

Des désajustements vont toutefois apparaître. Sur le plan démographique, les prévisions initiales se sont révélées surestimées. Une nouvelle politique foncière sera mise en place en 1977. Mais surtout, l’année 1983, amorçant le tournant de la rigueur sur le plan financier va contribuer à freiner le développement des villes nouvelles.

Elles représentent cependant un temps important de la politique urbaine en région parisienne. D’ailleurs, à la demande de la DATAR, d’autres villes nouvelles seront créées en province : L’Isle-d’Abeau, le Vaudreuil (devenu Val-de-Reuil), la ville nouvelle de l’Etang de Berre et Villeneuve d’Ascq.

Lancement de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise

 Bertrand Warnier illustre ensuite cet exposé général en apportant un témoignage sur le lancement de la ville nouvelle de Cergy Pontoise.

Urbaniste et surtout un acteur de terrain, il a été totalement engagé et impliqué dans la politique du SDAURP qui consiste à rompre avec le schéma d’urbanisation radioconcentrique traditionnel de Paris et de lutter contre le risque d’engorgement de ses voies d’accès. Il explique le choix de l’implantation de Cergy dans sa dimension territoriale et dans son contexte géographique et sitologique. Le choix du site s’est ainsi appuyé sur la présence de la vallée de l’Oise et des lignes de chemin de fer, ce qui permettait une articulation avec les villes anciennes.

II – De la loi d’Orientation foncière (LOF) à la loi Solidarité et Renouvellement urbain (SRU) : la loi sur la longue durée

Laurent Coudroy de Lille (géographe, Université Paris Est Créteil, Institut d’urbanisme de Paris)

Laurent Coudroy de Lille aborde la question urbaine sous l’angle juridique.

Cadrage historique

 La France a connu quatre lois particulièrement importantes en matière d’urbanisme depuis un siècle :

  • La loi Cornudet du 14 mars 1919, complétée en 1924, obligeait les communes de plus de 10 000 habitants à se doter dans un délai de trois ans de plans « d’aménagement, d’embellissement et d’extension », ancêtre des lois d’urbanisme. Sa promulgation, clôturant un processus commencé avant 1914, devait notamment être à l’origine des plans Léon Jaussely pour Paris (1919) et Greber pour Marseille (1924).
  • La loi d’urbanisme du 15 juin 1943,promulguée sous le régime de Vichy, œuvre de techniciens, non débattue, est la moins connue. La notion de périmètre d’agglomération y apparaît pour la première fois et la généralisation du permis de construire consacre la reprise en main de la discipline par l’Etat central.
  • La loi d’orientation foncière (LOF), dite loi Pisani, du 30 décembre 1967, texte complexe traitant autant de foncier que d’aménagement et d’urbanisme assortis de dispositions fiscales, est à l’origine des Schémas Directeurs d’Aménagement et d’Urbanisme (SDAU), des Plans d’Occupation des Sols (POS) et des Zones d’Aménagement Concerté (ZAC). Très débattue lors de son adoption, elle a bénéficié d’un bon portage par l’appareil institutionnel de la Ve République.
  • La loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbain (SRU), dite loi Gayssot, du 13 décembre 2000 (gouvernement de cohabitation de Lionel Jospin), est celle qui a le plus innové depuis la LOF. Procédant d’une évaluation des politiques de la ville menées depuis les années 1980, elle a introduit la notion de solidarité et de mixité sociale par l’habitat (portant à 20% minimum le quota communal de logements sociaux) et a substitué aux SDAU et POS de la LOF des Schémas de Cohérence Territoriale (SCOT) et Plans Locaux d’Urbanisme (PLU) comprenant des Plans de Développement Durable (PDD).

Domaines concernés

 Ces textes s’inscrivent dans des contextes institutionnels différents et relèvent de trois domaines : les documents d’urbanisme, la planification régionale et la protection du patrimoine.

  • Les documents d’urbanisme caractérisent tout d’abord l’aspect réglementaire de l’urbanisme représentatif de la tradition française. Ils comprennent les schémas directeurs et les plans d’urbanisme (plans communaux, plans d’occupation des sols). A partir des années 50 s’est superposé un aspect plus opérationnel (dont la source remonte au XVIIIe siècle, cf. Jean Louis Harouel : L’Embellissement des villes. L’urbanisme français au XVIIIe siècle, 1992). Cet aspect est représenté par les Zones à Urbaniser par Priorité (ZUP), peu à peu remplacées par des Zones d’Aménagement Concerté (ZAC) dont les Etablissements Publics d’Aménagement (EPA) et les Sociétés d’Economie mixte (SEM) furent les aménageurs désignés. Une dialectique subtile s’est établie entre ces deux dimensions de la politique de l’urbanisme.
  • La planification régionale a été inscrite pour la première fois dans la loi du 14 mai 1932. Elle prévoit la préparation d’un projet (plan) d’aménagement de la région parisienne. L’élaboration du plan sera confiée à Henri Prost, urbaniste. Déclaré d’utilité publique en 1939, Vichy lui conférera force de loi sous la dénomination de Plan d’Aménagement de la Région Parisienne (PARP) en 1941. De sorte que le plan Prost peut être considéré comme l’ancêtre du Grand Paris promulgué par la loi du 3 juin 2010.
  • On peut faire remonter la protection du patrimoine à 1830 avec la création d’une Inspection générale des monuments historique par Guizot, dont Mérimée sera le deuxième titulaire.

Interprétation de la politique juridique

Considérer la législation sur l’aménagement foncier et l’urbanisme dans la durée amène à la fois à la situer dans une temporalité longue, qui est celle des villes, et à relativiser le rôle qui lui est dévolu par rapport aux politiques elles-mêmes, lesquelles semblent se déployer sur des cycles plus courts et dans des périmètres délimités. L’espace-temps des politiques urbaines semble finalement soumis à variation, la loi d’urbanisme déterminant et orientant moins les politiques urbaines qu’elle ne les accompagne et les coordonne.

L’expérience française, particulièrement, manifeste une grande autonomie de l’action publique (rôle des administrations, planification, processus d’étude, programmation, conduite des opérations…) par rapport à la réglementation. On peut y voir une tradition de complémentarité entre « urbanisme réglementaire » et « urbanisme opérationnel », ou même de correction, voire de dérogation, par rapport à une loi dont le rôle est d’abord de garantir une égalité et des droits (propriété privée, entreprise, logement…). Le Code de l’urbanisme, compilation de textes de lois et règlementaires, a été créé pour rendre compatibles ces différentes dimensions.

La formulation de ces lois (celle de 1919 porte sur la planification, celle de 1967 traite du foncier, celle de 2000 de la cohésion urbaine) semble bien indiquer que l’action en matière d’« urbanisme », au sens général du terme, trouve plutôt ses ressorts au niveau du local et des collectivités. En fait, seule la loi de 1943 porte explicitement sur l’urbanisme, mais elle centralise aussi vigoureusement ce domaine, sans légitimité démocratique. L’enjeu est donc de situer la réglementation dans la dialectique national/global qui structure ce champ dans la durée.

Enfin, il existe, parallèlement aux quatre lois mentionnées ci-dessus, des réglementations thématiques, également porteuses de politiques urbaines. Il s’agit, par exemple, des lois sur les nuisances industrielles votées du XIXe siècle aux années 1930 ou des lois sur le patrimoine : monuments historiques en 1913, sur les abords en 1943. Viendront plus tard la loi Malraux sur les secteurs sauvegardés en 1962 et la loi Lang relative aux Zones de Protection du Patrimoine Architectural et Urbain en 1983 qui est étendue au Paysage en 1993. Il s’agit aussi des lois sur la construction (permis de construire en 1977), l’architecture (1977 et 2016), les politiques du logement et les politiques de la ville.

En conclusion, on peut dire que toutes ces lois visent à orienter les cadres réglementaires sur l’urbanisme, », catégorie juridique dont la définition même pose problème. Ainsi, la loi d’Orientation foncière de 1967 conclut-elle une période intense et assez longue d’action de l’administration (programmation, urbanisme opérationnel, zonage). De même, la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) est l’aboutissement d’un cycle qui a affirmé d’autres objectifs : renouvellement de la ville, prise en compte d’objectifs de mixité sociale, établissement d’équilibres territoriaux entre agglomérations, tous portés par l’intitulé du texte.

C’est dans cette capacité à synthétiser des évolutions de moyen terme que l’on peut attribuer un rôle actif, i. e. porteur de politiques urbaines, aux lois d’urbanisme.

III – Une innovation : le ministère de la politique de la ville

Renaud Epstein (sociologue-politologue, Sciences Po Saint-Germain-en-Laye)

Le Ministère de la ville a été créé en décembre 1990 avec la nomination de Michel Delebarre à sa tête. Depuis, plusieurs ministères ou secrétariats d’Etat se sont succédé. Aujourd’hui, le gouvernement d’Édouard Philippe ne compte plus ni ministre, ni ministre délégué, ni secrétaire d’État en charge de la ville. Cette situation n’est pas inédite car cet intitulé ministériel avait déjà disparu dans le premier gouvernement Jospin (juin 1997-mars 1998). Mais elle invite à revenir sur les évolutions institutionnelles de la politique de la ville au cours du dernier quart de siècle.

Evolution institutionnelle de la politique de la ville

Ces évolutions administratives, qui s’inscrivent dans un contexte d’approfondissement continu de la décentralisation et de réformes néo-managériales de l’État, constituent un puissant révélateur des recompositions de l’État, des transformations des modalités de son intervention infranationale et des rapports entre pouvoir central et pouvoirs urbains. Elles renseignent aussi sur la place et le cadrage des questions socio-urbaines sur l’agenda politique national.

La thèse développée par Renaud Epstein s’appuie sur l’idée selon laquelle la décentralisation dans son évolution a été engendrée par la politique de la ville, et non l’inverse,  le modèle de la Ve République – organisée de manière verticale à partir d’un centre – s’avérant dépassé.

Dans les années 1980, sont publiés trois rapports importants. Rapports Schwartz (L’Insertion professionnelle et sociale des jeunes. Rapport au Premier ministre, 1981), Bonnemaison (Face à la délinquance : prévention, répression, solidarité, 1982), Dubedout (Ensemble, refaire la ville, 1983). Ils sont convergents et expliquent qu’il faut passer par le partenariat local pour transformer l’action publique. On peut y ajouter le rapport Delarue (Banlieues en difficulté : la relégation, 1991).

Les lois de décentralisation ont été conçues, au départ, sur le modèle ancien, en maintenant un cloisonnement sectoriel. La politique de la ville va apporter une solution qui se diversifiera au cours du temps.

Périodisation de la politique de la ville

La politique de la ville s’organise en trois périodes majeures.

  • Les années 1980 sont représentatives d’un processus de démocratisation de la gestion urbaine suivant une approche remontante. C’est la période du Développement Social des Quartiers (DSQ) marquée par le rôle central dévolu aux maires pour la conduite de la politique au niveau local, la participation étant cantonnée à la mise en oeuvre de projets de proximité.

En fin de décennie, le principe de territorialisation de l’action publique est développé selon des démarches transversales : un territoire, un projet et un contrat. Elles engagent les institutions suivantes : le CIV (Comité Interministériel des Villes) créé en 1984 ainsi que la DIV (Délégation Interministérielle à la Ville) et le CNV (Conseil National des Villes), créés en 1988.

  • Les années 1990 correspondent à une période où l’Etat est directement mobilisé. La question de l’exclusion sociale en constitue le déclencheur (cf. Discours de Bron de François Mitterrand en décembre 1990). C’est dans ce contexte qu’est créé le ministère de la Ville (le titulaire est même ministre d’État, ce qui en fait le n° 4 du gouvernement). Treize « sous-préfets villes » sont nommés dans les départements les plus urbanisés. La logique est celle de la modernisation, conformément à la politique générale de Michel Rocard. On veut donner un sens à la réforme de l’État, le mot d’ordre étant la modernisation de celui-ci.

Des agences comme l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine, 2003) et l’ACSE (Agence nationale de la Cohésion sociale et de l’Egalité des chances, 2006) sont créées dans la décennie suivante. En 2014, le Commissariat Général à l’Egalité des Territoires (CGET) résulte de la fusion de la DATAR, du secrétariat général du CIV et de l’ACSE.

  • Les années 2000 mettent aussi en place un nouveau mode d’intervention territoriale qui renverse l’approche initiale. Il est entériné par la loi Borloo 2003 d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine. On dispose de moyens financiers avec le 1% logement. Les démarches transversales sont supplantées par des démarches descendantes.

La politique est définie au niveau national, par la loi. Il y a une centralisation de la définition des objectifs, avec seulement deux programmes : la rénovation urbaine (impliquant démolitions-reconstructions), la création de zones franches urbaines (ZFU). Cette politique se conjugue avec une redistribution des tâches entre l’Etat et les collectivités locales. Les acteurs locaux mettent en route des projets instruits par l’ANRU. Mais c’est l’Etat qui décide des financements. Un nouveau modèle de « gouvernement à distance » s’est ainsi mis en place. L’État a pris de la distance, mais il influence l’action des pouvoirs locaux via, toujours, la contrainte financière.

IV – Deux témoignages personnels sur la politique de la ville

  • Yves Dauge (ancien sénateur-maire de Chinon, Indre-et-Loire)
  • Jean Frébault (urbaniste, Conseil général des Ponts et Chaussées)

Témoignage d’Yves Dauge

Yves Dauge rappelle qu’il est arrivé à la Délégation interministérielle à la ville (DIV) en 1989. À cette époque, il y avait une forte détermination politique, avec une politique de la ville voulue par François Mitterrand et Michel Rocard. La préoccupation était de mettre « de l’intelligence dans le système », « de réfléchir avant d’agir », de « remettre du lien et du service public » (par exemple, des maisons de la justice) dans certains territoires en difficulté.

La mission Banlieues 89, lancée en 1983 avec Roland Castro et Michel Cantal-Dupart, visait à « embellir la ville ». Il rappelle combien le rapport Dubedout a constitué une référence.

La création du ministère de la ville en décembre 1990, à la tête duquel  avait été nommé Michel Delebarre, ministre d’Etat, a changé la donne, l’État prenant le dessus  sur la DIV.

Pour Y. Dauge, la loi, ou plutôt son esprit, est une affirmation de la res publica (la chose publique)incontournable pour lutter contre les « vents contraires ». Il a souligné, par ailleurs le rôle des « grands travaux » dans l’histoire des villes.

Témoignage de Jean Frébault

Jean Frébault relate son expérience à Lyon après les émeutes intervenues dans les quartiers des Minguettes (Vaulx-en-Velin) et de La Duchère.

Il témoigne de ce que la dimension sociale des questions urbaines est devenue dominante depuis les années 1980, marquant une rupture avec la politique précédente, celle des villes nouvelles, menée dans les années 1960-1970. S’interrogeant sur les rapports que la politique de la ville entretient entre les niveaux national et local, il remarque qu’il y a de la part des élus locaux l’attente d’une « parole forte » de l’Etat. La circulaire d’Olivier Guichard (1973) sur les tours et les barres d’immeubles a marqué, à cet égard, une prise de conscience, avec une remise en cause du modèle dominant de l’urbanisation des « Trente Glorieuses ». D’où le programme HVS (Habitat et Vie Sociale) lancé en 1977, appliqué, entre autres sites, à Vénissieux et aux Minguettes.

Il se penche ensuite sur l’évolution de la politique de la ville depuis 40 ans et constate une alternance entre le social, l’économique et l’urbanistique qu’il explique par deux raisons principales :

le décalage entre le rythme d’évolution de la société affectée par la montée du chômage, les effets du multiculturalisme et des radicalisations, d’une part, et celui de la ville, plus lent, d’autre part.

le fait que l’on demande à la politique de la ville de résoudre des problèmes qui la dépassent, comme ceux liés aux évolutions sociétales.

Il interroge en conclusion sur l’échec, ou non, de la politique de la ville, les avis étant partagés. Le constat d’échec ne lui parait pas patent. Ainsi, en prenant l’exemple de la mixité sociale, il est indispensable de prendre en compte la complexité du problème, deux types de mixité étant en cause, par l’habitat et l’école, sans qu’on puisse déterminer avec certitude leur impact respectif. Eviter d’enfermer les gens dans leur quartier en favorisant la mobilité pourrait s’avérer plus important.

V – Table ronde : Présence et absence de la ville dans le débat public

  • Jean-Pierre Duport (ancien préfet d’Île-de-France, de la Seine-Saint-Denis, ancien président de Réseau ferré de France)
  • Christian Devillers (architecte-urbaniste)

Deux questions sont posées par Guy Burgel :

  • Que penser du « silence » de 2017 sur la ville ?
  • Est-ce vrai et est-ce quelque chose de nouveau ?

Christian Devillers répond qu’il faut partir d’une distinction courante, mais souvent mal comprise entre l’« urbain » et le « social ». Le premier renvoie à ce qui est matériel (élevé, construit), au spatial, aux voies de circulation… Le second à la réalité urbaine (vie scolaire, mobilité sociale, activité culturelle, résidentiel, emploi…). Quand on parle de la ville (dans une campagne électorale par exemple), il s’agit en réalité du social, de l’économique, etc. Parler spécifiquement de la ville serait parler de sa forme c’est-à-dire de son agencement spatial (en perpétuelle évolution) qui  interagit avec le social et l’économique, mais ne se réduit pas à eux. La ville est-elle d’abord une forme ou d’abord du « social » ? Cette distinction lui parait fausse épistémologiquement. En effet, le mode de vie urbain est également présent au fond des campagnes et quand on dit que la ville est d’abord une forme, c’est d’un argument spatial qu’il s’agit, sachant qu’en tant que forme, la ville se transforme.

Ainsi, une vraie politique de la ville consisterait à s’intéresser non seulement aux quartiers sensibles mais aussi à la forme de la ville. Ce que l’on appelle « politique de la ville » ne l’est, en effet, que très partiellement, uniquement quand on démolit, construit, réalise quelques aménagements.

Quant aux métropoles, la question principale qu’elles posent est celle de la centralité.

Jean-Pierre Duport répond que le problème fondamental de la ville n’est pas uniquement celui du logement : les écoles et les transports sont tout aussi importants. La politique de la ville doit être globale. C’est une « politique d’aménagement du territoire ».

Il relève les incohérences du Grand Paris qui, de son point de vue, devrait couvrir la région Île-de-France. L’idée de métropole étant un enjeu important doit être pensée à l’échelle de la région. Or, la métropole actuelle, telle qu’elle est définie, ne comprend ni Roissy, ni Saclay. D’autre part, depuis le 1er janvier 2016, elle n’est compétente que sur les trois départements de la « petite couronne » et pas sur Paris, qui cesse d’être un département !

En conclusion, Guy Burgel fait observer que deux questions, au moins, demeurent ouvertes :

celle de la pertinence du territoire d’une politique de la ville : même si les frontières de l’urbain et du non urbain, pour ne pas dire du rural, sont devenues plus fluides, il faut tout de même délimiter institutionnellement des territoires de compétences ; la véritable révolution est que c’est le projet qui définit le « bon » territoire, et pas l’inverse ; dans le cas du Grand Paris, selon que l’on privilégie la gestion du quotidien (transports, logement , environnement), la stratégie à long terme (attractivité économique) ou la vision à l’échelle globale (flux mondialisés), ce peut-être l’agglomération (l’« unité urbaine ») , la région Ile-de-France, ou tout le bassin parisien autour de la vallée de la Seine, qui est concerné ;

celle de la légitimité démocratique du pouvoir: articulation entre les instances élues de gestion, de stratégie et de vision, intéressant de grands territoires (voir supra), et la participation citoyenne des habitants, intéressant de petits territoires (communes, arrondissements urbains).

____________________________________

Prochain séminaire le 1er juin 2018 : Ville et jeux olympiques – Effets sociaux et conséquences urbanistiques.

Pour m’écrire : serre-jean-francois@orange.fr

II – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : synthèse comparative

Chères lectrices, chers lecteurs

Si par la teneur alléchés du résumé de l’étude-témoignage du renouvellement urbain des 4000 de La Courneuve, de Lyon-La Duchère et des quartiers Nord de Marseille postée le 10 septembre dernier, ou plus sérieusement par intérêt affectif, intellectuel, professionnel, vous ne craignez pas de vous lancer dans la lecture de ce feuilleton, nous vous invitons, en préalable, à prendre aujourd’hui connaissance des motivations de ses auteurs (une équipe de cinq retraités prématurément amputée d’un de ses membres pour raison de santé) et de l’esprit – à défaut de méthode rigoureuse – qui ont présidé à la réalisation d’une aventure émaillée d’imprévus et de quelques contrariétés.

Sachant que la semaine prochaine, nous rentrerons de plain-pied dans notre sujet par l’inscription des sites étudiés dans leur contexte géographique et historique.

Bonne lecture

Les 4000 de La Courneuve : quartier de La Tour

 

Marseille : quartiers Nord – Secteur du Merlan
La Duchère : place Abbé Pierre

A la mémoire de Marcel Hénaff, qui a si bien su relier, avec autant de sobriété que de pénétration, dans son ouvrage, La ville qui vient (Editions de L’Herne, 2008), joyau de la littérature de l’urbanité, source d’inspiration de ce qui fut au coeur de cette enquête, l’avenir pressenti des villes à leur fondement anthropologique, indissociable de leur fondation matérielle.

SYNTHESE COMPARATIVE

« Il ne s’agit plus seulement de livrer des logements en plus grand nombre possible. Il s’agit de faire naître des quartiers nouveaux composés avec tous les équipements publics et les activités commerciales, artisanales ou industrielles nécessaires pour qu’ils aient eux-mêmes une vie collective propre tout en s’intégrant dans un ensemble urbain ou régional plus vaste.»  

Pierre Sudreau, ministre de la construction de 1958 à 1962

Selon une enquête conduite par Paul Clerc dans 53 grands ensembles d’agglomérations d’au moins 30 000 habitants en 1965, 88% des habitants d’immeubles collectifs se déclaraient satisfaits de leur logement… comparé à celui occupé précédemment.

« En quoi le passé, ses réussites comme ses erreurs, peut aider pour éclairer les actions à venir ? »  

Jacques Jullien, ancien directeur régional de la SCET

Lire la suite « II – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : synthèse comparative »

III – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : des histoires urbaines parallèles et néanmoins singulières (1. Les 4000 de La Courneuve)

Chères lectrices, chers lecteurs

Nous entamons aujourd’hui, après le préalable introductif publié la semaine dernière 17 septembre, l’analyse des sites enquêtés par un bref exposé historique permettant de remonter aux raisons d’une déshérence et à la gestation des remèdes qui seront appliqués en conséquence.

Jointe à l’étude de l’insertion des sites dans leur agglomération respective et à ses ratés, l’analyse, espérons-nous, permettra d’apporter les clefs indispensables à la compréhension des opérations de rénovation ou de renouvellement – selon les périodes – qui seront engagées dans des contextes politiques et économiques alternant interventions sur l’urbain, le social et l’économique sans guère d’esprit de suite.

Bonne lecture

 

A. Trois histoires urbaines parallèles et néanmoins singulières : les 4000 de La Courneuve, Lyon-La Duchère, les quartiers Nord de Marseille

Partout on retrouve les mêmes ingrédients : un paysage de béton, des tours et des barres disposées orthogonalement, des dégradations dues à des défauts de préfabrication et à une construction hâtive, la fragmentation de l’espace indissociable de l’enclavement, des drames humains, et la pauvreté encore et toujours. Pourtant les gens changent plus vite que les pierres malgré quelques démolitions et reconstructions ça et là, mais la pauvreté et les difficultés de la vie, qui ne sont pas l’apanage des grands ensembles loin de là, elles, demeurent, diffuses. Pire, alors qu’on efface tant bien que mal les plaies de la pierre, les drames humains laissent une empreinte que la succession des générations peine à transformer en espoir faute d’entrevoir un avenir où se régénérer. Et le travail de mémoire engagé dans ces quartiers trop longtemps en déshérence, une fois décanté de ses scories, risque d’être vain s’il n’est pas susceptible de faire éclore les promesses du futur.

Lire la suite « III – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : des histoires urbaines parallèles et néanmoins singulières (1. Les 4000 de La Courneuve) »

VI – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : des objectifs en partie partagés (2. La Duchère)

Chères lectrices, chers lecteurs

Après avoir exposé les objectifs poursuivis pour le renouvellement urbain des Quatre mille de La Courneuve, nous poursuivons avec celui de La Duchère à Lyon.

Nous rappelons à nos lectrices et lecteurs que nous avons publié le 10 septembre dernier un résumé de cette étude-témoignage réalisée avec le soutien de l’Institut CDC pour la Recherche, la SCET et l’Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence ; laquelle sera développée, à un rythme hebdomadaire, dans l’ordre suivant :

A.  Trois histoires urbaines parallèles et néanmoins singulières

B. La scène urbaine et ses acteurs : de la conception à la réalisation

C. La synthèse urbaine : de l’impensé de la société urbaine à l’énigme de son articulation

Conclusion et ouverture « sous le signe du lien »

Bonne lecture.

La Duchère – Place Abbé Pierre

b)       La Duchère : la réconciliation avec la nature et l’équilibre social

Lire la suite « VI – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : des objectifs en partie partagés (2. La Duchère) »

XI – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : rénovation urbaine et renouveau social confrontés à la métropolisation

Chères lectrices, chers lecteurs

Après plus de six mois, le président de la République sort de son silence sur ce qu’il est convenu d’appeler « les quartiers » au risque de paraitre, tel Janus, comme ayant alternativement – et non « en même temps » – une double face : celle d’un président des riches et celle d’un président des défavorisés « assignés en résidence » dans ces quartiers relégués à la périphérie des villes, qui, parfois, n’osent même plus dire leur nom.

En appelant à la « mobilisation générale » de « toute la nation » selon un « plan de bataille » engageant « tout le gouvernement » en faveur de « l’émancipation » et du « retour du droit commun » dans lesdits quartiers, l’ambition n’en est pas moins généreuse, mais pose une série d’interrogations :

1) Dans quelle mesure s’inscrit-on toujours dans la loi de Programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 février 2014 qui avait engagé un rééquilibrage entre rénovation urbaine et action sociale ?

2) Que signifie, dans ce cadre, le retour de l’ex-ministre de la ville J.-L. Borloo, partisan de la thérapie de choc en matière de rénovation ?

3) Que devient dans cette perspective la réorientation de la politique de peuplement engagée par le gouvernement Valls suite aux attentats de 2015 ?

4) Comment mettre les gens en situation de mobilité sans qu’ils perdent pour autant leurs repères, indissociables de la structuration des identités ?

5) Ce que l’on appelle, peut-être improprement, « radicalisation » ne serait-il pas,  plutôt que la conséquence de la « démission de la République », le symptôme de la perte de sens de la vie en société, qui doit amener les institutions à se remettre en cause pour donner du contenu à la laïcité, compatible avec la liberté de conscience inscrite dans la Déclaration des Droits de l’Homme ?

6) Au-delà d’une série de mesures concrètes à court terme, bienvenues, qu’en est-il fondamentalement du « changement de méthode » annoncé ?

« Je veux que le visage de nos quartiers aient changé à la fin du quinquennat, a dit le président de la République, non pas parce qu’on aura atteint du chiffre mais parce qu’on aura réussi la rénovation morale. Le défi de civilisation se joue dans les quartiers. Je ne veux pas tant proposer des outils et des mesures que construire ensemble pour donner aux villes des résultats. C’est une fierté. Les habitants de la ville doivent être considérés comme des habitants de la République, des citoyens à part entière. »

On ne peut qu’approuver l’exigence d’une évaluation fondée sur des éléments qualitatifs, affranchie de la dictature des chiffres ; ce qui pose une ultime question : celle de l’ « articulation de l’urbain et du social » dans une politique de rénovation visant délibérément l’intégration dans la ville et la réduction des fractures sociales, sans tabou ; ce qui n’ira pas  sans un infléchissement, voire un renversement, des approches esquissé par le président le 14 novembre dernier à Tourcoing, non plus sans que soit revue la part des dotations affectées au social par rapport à celles qui le sont à l’urbain, sachant que l’accompagnement social de la rénovation urbaine sera d’autant moins requis et plus efficace que celle-ci se sera pliée aux besoins et aspirations de la société locale, émancipée (inversion des priorités : la société urbaine d’abord).

Répondre à cette ultime question, c’est aussi répondre aux préoccupations des acteurs de la politique de la ville des trois sites de rénovation/renouvellement urbain, objet de notre enquête : les 4000 de La Courneuve, Lyon-La Duchère, les quartiers Nord de Marseille, dont nous poursuivons aujourd’hui l’exposé synthétique, avant de se risquer à interpréter – avec une part de subjectivité inévitable – les propos recueillis auprès d’une centaine d’acteurs, habitants compris.

Bonne lecture.

***

5.  A la charnière de la rénovation urbaine et du renouveau social

Pour Christian Devillers, l’architecte-urbaniste de Malpassé dans les quartiers nord de Marseille, l’articulation de l’urbain avec le social se joue dans l’accompagnement du relogement qui précède les démolitions. Lesquelles peuvent être motivées par des considérations tenant à l’état des bâtiments et des logements, urbanistiques ou sociales. Selon les situations, mais aussi les idéologies, les positions varient, accordant plus ou moins de poids à l’un ou l’autre de ces motifs.

La Courneuve
Secteur Nord des 4000
A l’arrière fond, la barre Robespierre destinée à la démolition

a)   Le traumatisme des démolitions

Lire la suite « XI – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : rénovation urbaine et renouveau social confrontés à la métropolisation »

XIII – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : la question foncière et l’attraction de la culture

Chères lectrices, chers lecteurs

Après la phase de présentation générale et de diagnostic des quartiers politique de la ville de La Courneuve (les 4000), Lyon (La Duchère) et Marseille (Malpassé et Saint-Barthélemy), nous avons abordé dans la dernière livraison de notre blog la scène urbaine à partir de la question du peuplement dont nous avons entamé la critique. Nous poursuivons aujourd’hui avec la question foncière avant de présenter la semaine prochaine l’aménagement spatial. Les acteurs du développement urbain et le problème posé par le partage des compétences entre disciplines, qui vient singulièrement compliquer ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui d’un terme vague : la gouvernance, seront abordés par la suite.

Certes, il faut compter avec la part de subjectivité – inévitable – de l’exercice. Néanmoins, il n’est rien, des conclusions que nous avons tirées de notre enquête, qui ne nous ait été suggéré par nos interlocuteurs. S’il ne faut donc pas rechercher de scoop dans cet exposé, qui ne prétend nullement se situer à la hauteur d’une recherche académique, nous n’en estimons pas moins que les témoignages recueillis à travers une centaine d’entretiens méritent d’autant plus attention que le président de la République, le 14 novembre dernier à Tourcoing, après s’être attaché à redéfinir les objectifs de la Politique de la ville et énumérer quelques unes des mesures concrètes de leur mise en oeuvre, s’est prononcé en faveur d’une « méthode différente ».

En attendant que le recadrage de la politique de la ville se précise, sans doute n’est-il pas vain de revenir, à travers trois sites « emblématiques » de renouvellement urbain, sur un bilan de 40 année d’atermoiements pour en tirer des enseignements susceptibles de guider les politiques à venir.

Bonne lecture.

***

b)   Quand la question foncière est mise sous le boisseau alors que la culture passe sur le devant de la scène

X
Les 4000 de La Courneuve : plan de masse d’origine – Secteurs Sud-Ouest et Nord séparés par le carrefour des Six Routes, lieu d’implantation de la future gare du Grand Paris Express

Lire la suite « XIII – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : la question foncière et l’attraction de la culture »