LYON-LA DUCHERE : La place de la religion dans l’espace public

Chères lectrices, chers lecteurs

Ce n’est pas parce que nous entamons une « nouvelle » année qu’elle ne se situerait pas dans le prolongement de l’ancienne. Les « gilets jaunes » sont là pour nous le rappeler. Mais si le mouvement s’essouffle, sa persistance au-delà de la trêve des confiseurs, n’en manifeste pas moins une métamorphose : de mouvement revendicatif en délinquance collective n’hésitant pas à s’attaquer aux biens et aux personnes. A telle enseigne que les « black blocs » prennent la tenue des « gilets jaunes » et que ces derniers hésitent de moins en moins à adopter les comportements des premiers pour manifester sous la cagoule. Retour du refoulé ?

Après les concessions faites par le pouvoir sur le plan social et celui des pratiques démocratiques, il serait plus que temps que le gouvernement et le « mouvement » en tirent les conséquences en matière sécuritaire, sachant qu’on a plus affaire à une nébuleuse qu’à un mouvement identifiable. Il est, à cet égard, pathétique d’entendre sur les ondes les commentateurs les plus avisés exprimer pour nous, sourds mais non aveugles, ce que pensent les « gilets jaunes », ce qu’ils réclament, ce qu’ils peuvent bien ressentir ; des journalistes interpréter leurs faits et gestes à la lumière des sciences sociales ; des intellectuels de renom se croire obligés de se mettre en retrait de leur statut social pour mieux comprendre les motivations des acteurs d’un mouvement insaisissable. Il est pathétique de voir les uns et les autres suspendus aux sondages partiels effectués sur quelques ronds-points faire des pronostics sur l’avenir d’un mouvement aussi spontané ; de voir, surgissant brusquement de leur retraite, des personnalités jadis en vue exciper de leur expérience passée de la politique et des mouvements sociaux pour nous commenter des évènements inédits ; de voir des « responsables » politiques chercher, sur le fil du rasoir, à reprendre à leur compte des mots d’ordre pour beaucoup aussi contradictoires qu’inconsistants ; pathétique enfin, le souci des médias d’inviter sans plus de discernement, au nom du principe d’égalité de traitement de l’information, des « représentants » des « gilets jaunes ».

Pour être pathétique, le constat, reflet d’une faillite de notre faculté de jugement et expression de notre impuissance, n’en est pas moins alarmant. Tant de vains efforts pour essayer de dévoiler le sens d’une « geste » qui évoque des archaïsmes auxquels on ne saurait pourtant l’assimiler sans grossière méprise : les « gilets jaunes » semblent avoir désormais adopté une stratégie consommée d’agitateurs qui, n’ayant plus rien à perdre, n’aspireraient qu’à entrainer l’opinion dans un délire de mise à bas des institutions démocratiques, lesquelles, pour être malades, n’en ont pas moins le mérite d’exister en dépit de l’affadissement de leurs symboles. Pendant ce temps, en Europe même, les Hongrois manifestent pour sauver les leurs menacées par un pouvoir autoritaire se réclamant d’une conception illibérale du régime politique et d’un nationalisme sans complexe. C’est Tamas Miklos Gaspar, philosophe hongrois, qui le dit : « La Hongrie est le plus mauvais élève européen des libertés publiques et de l’autonomie des institutions. » Puisse la France ne pas le devenir à son tour à la faveur de l’exploitation politique d’un mécontentement social, qui, justifié en dépit de ses incongruités, devrait se saisir du grand débat public proposé par le président de la République en vue de conforter un régime démocratique certes vacillant mais non moribond.

La France en aurait presque oublié qu’il y a trois ans jour pour jour la tuerie de Charlie Hebdo se soldait par 12 morts et 11 blessés. Mais l’attentat djihadiste du 11 décembre dernier à Strasbourg (5 morts et 11 blessés) est venu rappeler que la menace restait bien présente. Il s’en est cependant fallu de peu que l’écho ne fut étouffé par la fureur « jaune », comme si les réflexes de solidarité ne pouvaient éviter de se faire concurrence. On rêve, n’en déplaise à Emmanuel Todd, d’une contre-manifestation d’une ampleur de celle des 10 et 11 janvier 2015 ayant rassemblé dans le recueillement quelque 4 millions de personnes dans tout l’Hexagone, à comparer aux 50 000 manifestants, des égarés parmi des excités ou des excités parmi des égarés, de samedi dernier.

Quel rapport entre ce rappel et les dérives d’un mouvement qui n’en finit pas de se chercher une identité et une plate-forme de revendications cohérentes ? Tous les évènements sont singuliers et, outre que ceux évoqués sont dans leurs conséquences humaines hors de proportions, il serait bien osé de faire des rapprochements tant les contextes dans lesquels ils s’insèrent sont différents. Sauf que dans tous les cas, ceteris paribus, on a affaire à une accumulation de frustrations, certes de causes variables, un déficit de reconnaissance, qui débouchent sur une même violence irrationnelle dont le déchainement est un défi à l’intelligence. Autant de facteurs psychologiques dont le poids dans la formation de la personnalité est sans commune mesure avec celui des conditions matérielles d’existence, bien que les premiers ne soient pas sans lien avec les secondes. Enfin, les injures à caractère ouvertement raciste, les menaces anonymes de morts proférées, y compris à l’encontre de « gilets jaunes », ne sont pas sans évoquer la barbarie qui, avec son lot de violence et d’obscurantisme, sommeille, sans l’excuse des influences extérieures, sous le volcan dont ces derniers entretiennent l’éruption, quoiqu’ils en aient ; sachant que l’histoire récente nous a appris combien le passage à l’acte, dépourvu de signes avant-coureurs, pouvait être vite franchi.

Traditionnellement couleur de l’infamie, mais qui serait en voie de réhabilitation, « le jaune a un bel avenir devant lui  » affirme en bonne part Michel Pastoureau (Le petit livre des couleurs). Acceptons-en l’augure.  

Aussi, n’est-ce pas tout-à-fait par hasard que nous reprenons aujourd’hui notre enquête sur le renouvellement urbain du quartier de La Duchère à Lyon. Après avoir exposé la relation que la rénovation entretenait avec la culture, grande oubliée des piliers du développement durable, il reste, en effet, à nous interroger sur la place qui peut être réservée à la religion dans l’espace public, alors même que fait retour cette violence à laquelle elle est originellement liée. Et ce, avant de conclure la semaine prochaine sur le pilotage interdisciplinaire des opérations d’aménagement et des actions sociales et culturelles qui les accompagnent.

Bonne lecture.

La Duchère : au premier plan flèche de l’église Balmont, désaffectée, recyclée en cinéma d’art et d’essai.

La place de la religion dans l’espace public, son articulation avec la culture

Lire la suite « LYON-LA DUCHERE : La place de la religion dans l’espace public »

VII – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : des objectifs en partie partagés (3. les quartiers Nord de Marseille)

Chères lectrices, chers lecteurs

Nous poursuivons cette semaine notre compte rendu d’enquête dont nous avons publié un résumé le 10 septembre dernier.

C’est parce que la politique urbaine des années 50-60 n’a pas su prendre en compte dans sa complexité la société urbaine qu’on lui a appliqué l’emplâtre de la politique de la ville à partir des années 80. C’est parce que la politique de la ville a échoué à résorber les écarts de développement, à réduire les inégalités économiques, à promouvoir une culture commune à même de neutraliser les extrémismes religieux qu’on s’est résolu à recourir à une politique de « peuplement » poursuivant un objectif d’équilibre sociodémographique territorial dont l’enjeu est, a minima, d’éviter que la concentration dans l’espace des handicaps sociaux et situations de précarité ne constitue un facteur aggravant, ne favorise la délinquance ou ne dégénère en manifestations de violence.

A l’heure où la politique de la ville est, sinon remise en question, intégrée dans un nouveau ministère de la cohésion des territoires et par ce fait même menacée de dilution, le moment est venu de se pencher sur son bilan. Ce que nous avons tenté, très concrètement, à travers l’étude de ces trois sites emblématiques en posant comme hypothèse que la fracture urbaine doublée d’une fracture sociale dont souffre les grands ensembles pourrait bien refléter une fracture plus générale de civilisation dont ces grands ensembles ne seraient l’avant-garde. D’où l’urgence de conjurer les risques de propagation des fêlures du corps social qu’ils préfigureraient par la mobilisation des énergies mises en oeuvre dans une rénovation urbaine dont la pertinence est parfois mise en cause, mais non la nécessité. Le grand ensemble comme métaphore d’un entre-deux monde dont la diversité ouvre sur des potentialités ambivalentes qu’il importe de savoir regarder en face lucidement avant tout engagement, aussi gros de risques que d’espoirs !

Après avoir resitué dans leur environnement et l’histoire de leur développement nos trois sites, et exposé les objectifs de la rénovation des Quatre mille et de La Duchère, nous poursuivons en présentant ceux des quartiers Nord de Marseille à travers Saint-Barthélemy et Malpassé.

Bonne lecture.

X
Quartier du Canet (XIVe arrondissement)
Station Alexandre : ancienne gare de triage reconvertie après rénovation en centre d’affaires dans le cadre d’une ZFU

c.  Les quartiers Nord de Marseille : la recomposition urbaine et la paix sociale

Lire la suite « VII – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : des objectifs en partie partagés (3. les quartiers Nord de Marseille) »

XII – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : du peuplement des grands ensembles à la société urbaine

Chères lectrices, chers lecteurs

Après un bref rappel historique et des enjeux de la rénovation urbaine ainsi que de son avatar, le renouvellement urbain ; après analyse des sites pris comme exemple et des objectifs et démarches mises en oeuvre depuis la promulgation de la loi de Programmation pour la Ville et la Cohésion Urbaine du 21 février 2014, nous abordons à partir d’aujourd’hui la présentation de la scène urbaine et de ses acteurs.

Avec en premier lieu la question du peuplement, objet du présent article.

La démarche adoptée pour l’étude peut-être schématisée sous forme de deux axes:

Un premier axe, vertical, figurant les étapes de l’étude : l’analyse du projet de rénovation (l’urbain), l’enquête de terrain (le peuplement), les entretiens auprès des acteurs (l’exploration de la gouvernance) ;

Un second axe, horizontal, figurant les trois entrées thématiques abordées : l’économique (à partir de l’investissement), le social (la question du peuplement, qui renvoie à celle de la mixité et des parcours résidentiels), la culture (l’animation culturelle et artistique de la rénovation).

Où l’on peut voir que les deux axes se croisent au niveau de la question du peuplement, lieu stratégique de l’articulation de l’urbain et du social, d’où dérivent tous les problèmes et où aboutissent toutes les décisions.  

Si la question du peuplement est au coeur de notre problématique (et de l’actualité), la question ultime est bien celle de savoir comment passer de cette notion quantitative et sélective à celle qualitative de société urbaine (en termes de lien social ou de cohésion).

Bonne lecture.

***

B. La scène urbaine et ses acteurs : de la conception à la réalisation

Ainsi les manières de pratiquer l’espace, échappent à la planification urbanistique : capable de créer une composition de lieux, de pleins et de creux, qui permettent ou qui interdisent des circulations, l’urbaniste est incapable d’articuler cette rationalité en béton sur les systèmes culturels, multiples et fluides, qui organisent l’habitation effective des espaces internes (appartements, escaliers, etc.) ou externes (rues, places, etc.) et qui les innervent d’itinéraires innombrables. Il pense et il fabrique une ville vide ; il se retire quand surviennent les habitants, comme devant des sauvages qui troubleront les plans élaborés sans eux.
Michel de Certeau : La culture au pluriel[1]
Les 4000 de La Courneuve
Intérieur d’ilot dans le quartier de l’Orme Seul

Lire la suite « XII – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : du peuplement des grands ensembles à la société urbaine »

XIX – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : la synthèse urbaine (1. Préalable sémantique)

Chères lectrices, chers lecteurs

« Paradoxalement, et contrairement à l’opinion commune, la ville européenne apparaît plus menacée dans ses fondements sociaux que dans ses cadres matériels. Le sursaut salvateur ne saurait venir que du politique ou du citoyen », écrit Guy Burgel dans La ville contemporaine après 1945 ( 6e volume de l’Histoire de l’Europe urbaine éditée sous la direction de Jean-Luc Pinol).

C’est bien ce que révèle la crise des politiques urbaines de la seconde moitié du XXe siècle, qu’une politique de la ville mise en place dans le dernier tiers du siècle n’a jusqu’à présent pas su endiguer en raison de la dissociation opérée entre l’urbain et le social

Après l’analyse fondée sur le recueil de données complétées d’entretiens auprès d’acteurs et d’habitants des 4000 de La Courneuve, de Lyon-La Duchère et des quartiers Nord de Marseille, après un bilan des programmes et réalisations de la rénovation de ces trois grands ensembles assorti d’une esquisse de typologie, la synthèse s’impose d’autant plus que la ville elle-même, avec son humanité plurielle inséparable de son environnement sensible, est synthèse. Synthèse comme l’est la réalité mise en pièces par l’intellect avant que l’action ne la reconstruise selon les principes et les normes de la culture de référence. Mais, synthèse urbaine de plus en plus difficilement saisissable dans sa mouvance : ville de flux, comme en a bien rendu compte Olivier Mongin dans son dernier ouvrage [*], indéfiniment extensible, dans la dimension horizontale comme dans la verticale. Et pour cette raison même, en crise. 

Or, c’est dans les marges que tout se joue. On a trop abusé de la mise en exergue de l’opposition entre centre et périphérie pour ne pas, paradoxalement, devoir recentrer le débat sur ces frontières qui, plutôt que lier, fracturent l’espace. Les grands ensembles des années 60 ne sont plus à la périphérie, mais n’en restent pas moins isolés d’un contexte urbain qui les ignore et de centres-villes qui les redoutent, quand ils ne les rejettent pas.    

Après l’analyse des sites que nous avons retenus pour leur exemplarité, nous entamons aujourd’hui cette synthèse, pleine d’embuches, qui se déclinera en cinq séquences :

  1. Des ambiguïtés du vocabulaire au piège de la spécialisation des pratiques,
  2. L’impensé de la société urbaine,
  3. Le déni de la forme urbaine,
  4. Du projet urbain au projet social-urbain,
  5. La politique de la ville en question,

Synthèse, au terme de laquelle nous proposerons une conclusion – provisoire – sous le « signe du lien ». Conclusion intégrant l’urgence d’un repositionnement politique.

Bonne lecture.

[*] La ville des flux sous-titré L’envers et l’endroit de la mondialisation urbaine (2013).

 

X
Les 4000 de La Courneuve – Secteur Sud (frères Goldstein, architectes)

 

C. Synthèse urbaine : de l’impensé de la société urbaine à l’énigme de son articulation

C’est le moment de revenir sur le rapport du Comité d’Evaluation et de Suivi de l’ANRU de janvier 2010 rédigé par Thomas Kirszbaum.

1. Des ambiguïtés du vocabulaire au piège de la spécialisation des pratiques

Lire la suite « XIX – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : la synthèse urbaine (1. Préalable sémantique) »

XXII – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : du projet urbain au projet social-urbain

De qui Macron est-il le président ?

C’était à la fin de l’année dernière (six mois après son élection) : Macron président des riches en vadrouille les 13 et 14 novembre dans les banlieues des Hauts-de-France et de Seine-Saint-Denis pour redresser son image. D’aucuns avaient alors estimé que ce n’était pas trop tôt !

C’était le mois dernier (soit, dans les deux mois qui ont suivi) : après une échappée à Davos, Macron président des villes battant  la campagne les 25 et 26 janvier en Auvergne pour, une fois de plus, tenter de faire mentir une réputation qui pouvait nuire à son ambition de transcender les clivages. D’aucuns se sont étonnés qu’après le long intervalle consécutif aux élections, nourri de polémiques sur une présidence par trop favorable aux riches, les deux déplacements aient été si rapprochés – mais séparés par le grand show de Davos –, brouillant la cartographie d’implantation de la richesse et de la pauvreté, entre lesquelles la classe moyenne, toujours aussi difficile à cerner, serait prise en étau. D’où l’abcès de fixation du monde politique sur son déclin supposé (et à sa relégation progressive dans les périphéries urbaines) en proportion de l’accroissement relatif de ses effectifs, enjeu électoral.

Macron équilibriste, faisant alternativement pencher à droite, à gauche le balancier pour se maintenir sur le fil le reliant à ses  concitoyens les plus éloignés  de la situation moyenne : entre richesse et pauvreté, centralité urbaine et périphérie, urbanité et ruralité.

Macron semblant découvrir que le « en même temps » est un sport d’autant plus périlleux que les riches ne sont pas les seuls en ville (ce qui a motivé une immersion en banlieues deux jours durant) et que les pauvres sont aussi à la campagne (d’où l’escapade de même durée en Auvergne). Sans doute, comme le pressentait déjà Henri Lefebvre il y a une soixantaine d’années prenant acte de ce qu’il n’y avait plus de société qu’urbaine – ce qui n’a pas empêché les inégalités de s’accroître depuis – y trouvera-t-il une justification de la création d’un ministère de la cohésion des territoires. L’hégémonie de la culture urbaine n’a pas gommé, bien au contraire, les différences de mentalité et les disparités de conditions sociales, avec leur conséquence en termes d’attitudes politiques : la polarisation. Paradoxe qui impose de remettre à plat les territoires pour rechercher le bon angle par lequel aborder les problèmes socio-économiques – et leur traduction spatiale – affectés par la mondialisation, elle-même produit de l’universalité et de l’irréversibilité du progrès technologique emporté par la contagion du numérique.

Reste à en tirer les conséquences et à démontrer qu’une politique équilibrée – économiquement efficace, socialement juste – est, dans un monde écartelé entre les extrêmes, encore possible ; à apporter la preuve, également, que la cure de rigueur budgétaire, dans un contexte d’urbanisation extensif autant, sinon plus, qu’intensif est compatible avec le progrès social ; à poser en conséquence le principe d’un « pouvoir d’agir citoyen » à l’encontre des tendances bureaucratiques et technocratiques d’une gouvernance à la dérive. Si transcender les clivages est bien dans la philosophie politique d’Emmanuel Macron, encore ne faudrait-il pas que le focus réglé par la gauche extrême (les Insoumis, pour ne pas les nommer) sur la minorité détenant une part disproportionnée de la richesse n’en vienne à masquer les mécanismes sous-jacents à la répartition des richesses (mondiaux plus encore que nationaux), qui ne sauraient se résumer à un problème de concentration entre quelques mains, lequel n’est qu’un épiphénomène ; de même que la concentration de la pauvreté sur certains territoires (grands ensembles des périphéries urbaines) n’est que l’expression spatialisée d’inégalités économiques autrement plus profondes.

Ce à quoi, pour nous en tenir à notre sujet d’étude, un projet urbain intégré devrait pouvoir contribuer en articulant les dimensions d’un renouvellement social inscrit dans un environnement bâti rénové avec l’objectif de restituer à la nature une place qu’on lui avait déniée au nom d’une certaine modernité. Sachant que c’est par la médiation du paysage que la société locale exprime son caractère et ses potentialités dans la forme urbaine dessinée par les hommes de l’art.

Bonne lecture.

***


4. Du projet urbain au projet social-urbain

La Courneuve
Maquette du projet de rénovation du secteur Sud des 4000 – Bernard Paurd, urbaniste

Lire la suite « XXII – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : du projet urbain au projet social-urbain »

XXVIII – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : espace public, espace privé – culture et religion

Des tulipes pour un massacre ?

Palais de Tokyo et Musée d’Art moderne de la ville de Paris, vus des quais de la Seine

Par les temps qui courent, il n’est pas bon de s’ériger en censeur, pas plus moralement qu’esthétiquement parlant. Mais, s’agissant du projet d’implantation du Bouquet of tulips de Jeff Koons entre le Musée d’Art moderne de la ville de Paris et le Palais de Tokyo, l’enjeu est autre : politique ; entendu au sens originaire du terme en ce qu’il a à voir avec la Cité.

Certes tous les autres enjeux méritent examen : non seulement moral et esthétique, mais symbolique et médiatique, commercial et économique, cependant que l’enjeu politique les dépasse tous pour les englober.

Qu’est-ce à dire ? Sinon que, au risque de paraitre ringard tant la frontière entre l’art, le spectacle et la rue s’amenuise, l’œuvre d’art vaut par elle-même indépendamment du contexte où elle s’expose contrairement au monument. Et en écrivant cela, j’ai bien conscience de m’inscrire en faux par rapport à Thomas Clerc qui écrivait dans une tribune du Monde du 28 février : « Une œuvre – et plus précisément une sculpture – n’est pas seulement une pièce isolée mais appartient également à un contexte. » N’en déplaise à l’auteur de Poeasy,  sauf à adopter une conception – bien dans l’air du temps – « transgressive » de l’art, selon l’expression de Nathalie Heinich [*], la valeur d’une sculpture, pas plus que celle d’un tableau, n’est dépendante du milieu qui l’accueille. Tout juste pourrait-on parler d’anachronisme dans le cas du Baloon dog et autres installations de Jeff Koons exposées en 2008 dans la galerie des glaces du Château de Versailles, sans que l’on sache bien si,  par une ironie plus ou moins recherchée, c’est le décor baroque de Versailles qui met en valeur les œuvres de Koons ou l’inverse.

Considérées comme des œuvres d’art malgré la répétition du motif, marketing oblige, les Baloon dogs, Bouquet of tulips et autres, valent  par elles-mêmes indépendamment de l’environnement de leur exposition. Et ce, quoiqu’il en soit du décrochage de leur valeur de marché par rapport à leur valeur esthétique. En revanche, qu’un de ces Bouquet of tulips soit implanté dans l’espace public change la donne : d’œuvre d’art, elle devient monument, appartenant à part entière de ce fait à la Cité qui l’accueille, monument commémoratif en l’espèce, ce qui lui confère une dimension encore plus politique, en ce sens qu’il réfère à un évènement, dont le tragique nous projette au-delà de l’actualité et même, par son retentissement international, au-delà de la communauté des citadins qu’elle affecte directement.

C’est dire que son érection ne saurait pas seulement concerner le cénacle réunissant autour de l’ « artiste industriel » qu’est Jeff Koons, des galeristes, conservateurs, mécènes et politiques, mais les citadins-citoyens dans leur ensemble. Ce n’est plus à un public que l’œuvre est confrontée mais au peuple de la cité. Quel que soit le jugement que l’on porte sur sa valeur ou sur la compétence de l’artiste, elle échappe à une logique d’appropriation pure et simple pour intégrer l’espace public urbain, espace commun des citadins. Raison pour laquelle il n’apparaitrait pas infondé qu’ils soient consultés et sur le motif et sur son emplacement. Ou, pour étendre les possibles et élargir l’éventail des choix, que la proposition de Koons soit intégrée dans un concours, afin d’être mise en concurrence, sous la condition que le choix du lauréat soit soumis à la population (concours participatif).

Dans la tribune susvisée, Thomas Clerc, après avoir traité Koons de « bon artiste » mais de « personnalité de savonnette », dont il vante « l’art de la joie », mais « un art rose de Goret (et non de porc) », aurait bien proposé de « mettre cette sculpture Bonux dans une zone vierge d’art, une banlieue de Fréjus (Var) ou un coin déshérité de Montmorillon (Vienne) », si, opposer la province profonde à la métropole, ne lui avait pas paru par trop simpliste – rappelant un âge qu’on croyait révolu, celui de Paris et du désert français. C’est pourquoi, il a en fin de compte estimé plus pertinent de proposer que ce bouquet soit planté à Paris, mais « dans un terreau plus ingrat, qu’il fera reluire par contraste », autrement dit dans le XVIIIe arrondissement, quartier de la Chapelle, « le quartier des humbles gens qui sauront, eux, apprécier l’offrande à sa juste mesure ».

Peut-être ne faut-il pas trop vite accuser Thomas Clerc de mépriser, par élitisme congénital, les classes populaires, et faire la part du sarcasme inhérent à son statut d’écrivain, mais on peut bien douter que les « pequenauds » de province ou les « prolos » des lisières de la capitale, qui n’ont pas l’habitude de s’en laisser compter, soient plus sensibles aux couleurs acidulées de l’art de Koons que les bourgeois du XVIe arrondissement, dont les tendances sont en symbiose avec l’univers marketing du consumérisme.  

Or, il se trouve que l’exposition Fautrier : Matière et lumière, qui se tient actuellement au Musée d’art moderne de la ville de Paris, expose un tableau de l’artiste intitulé Bouquet de tulipes. On se prendrait à douter du hasard et à croire en l’intervention du surnaturel pour nous forcer à questionner l’art contemporain, à nous défier du populisme ambiant… et à rêver que le Bouquet de tulipes de Fautrier entouré de ses Figures d’Otage soit projeté sur  les mieux exposés des murs aveugles de la capitale ; l’art de Fautrier, si informel soit-il, valant bien le pop’art revu par Koons, pour commémorer des actes de barbarie !

N’y va-t-il pas, en outre, de la fonction critique de l’art, déniée par Koons ?

Bouquet de tulipes de Jean Fautrier (1939)

Concernant cette « affaire » chacun a en tête des précédents célèbres : Guernica, les Nymphéas, parmi d’autres. Toutes œuvres réalisées dans des conjonctures et des contextes différents mais ayant en commun de l’avoir été pour commémorer des évènements, tragiques ou heureux, c’est selon. Petit rappel pour rester bien conscient qu’en commémorant ainsi par la médiation de l’art, c’est aussi un artiste que l’on honore.

__________________

[*] C’est-à-dire se moquant des frontières. Cf. Le triple jeu de l’art contemporain. Sociologie des arts plastiques (1999).

***

Les attentats de 2015 et 2016 n’ont pas laissé indifférente la population des grands ensembles, les jeunes notamment, sensibles aux sirènes du djihadisme. Bien que notre projet d’étude ait été déposé bien avant les attentats, nous ne pouvions pas passer sous silence la déferlante qui en a résulté mais nous a pris de court alors que notre enquête était déjà bien entamée. C’est l’objet de notre présent article, trop bref sur un sujet d’importance, mais sur lequel nous reviendrons prochainement dans une postface. Cet article clôturera la synthèse comparative de notre étude-témoigange sur les Quatre mille de La Courneuve, La Duchère à Lyon et les quartiers Nord de Marseille, réalisée avec le soutien de l’Institut CDC pour la Recherche, la SCET, filiale de la CDC, animatrice du réseau des sociétés d’économie mixte, et l’Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence.

Bonne lecture.

X
Duchère : Flèche de l’église de Balmont convertie en cinéma d’Art et d’Essai

5. Espace public, espace privé : culture et religion

Lire la suite « XXVIII – TROIS SITES EMBLEMATIQUES DE RENOUVELLEMENT URBAIN : espace public, espace privé – culture et religion »