XVIII – D’UN GHETTO L’AUTRE — 1) Les ghettos du Gotha de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot

Chers lecteurs

Il n’y a pas de genre mineur en littérature, surtout quand c’est la ville qui en est le sujet ou même simplement le thème en fond de plan. La bande dessinée présente cet avantage sur le texte littéraire de combiner l’image et l’écrit, l’un s’appuyant réciproquement sur l’autre dans le cadre d’un scénario dont l’expression se trouve ainsi redoublée. Ce qui, concernant la ville, peut constituer un plus pour rendre une atmosphère ou une ambiance urbaine. A fortiori lorsque la ville, loin d’être réduite au décor de l’action, intervient comme un acteur à part entière. La littérature enfantine ne doit pas être en reste. Elle n’intéresse pas que les enfants auxquels elle est censée être destinée. A travers eux c’est bien souvent le monde des adultes qui est mis en question, et qu’elle vise donc indirectement. C’est que, inévitablement, l’auteur d’un livre pour enfants se projette dans la narration d’un récit qui s’appuie sur l’image – propriété qu’il partage avec la bande dessinée sous une autre disposition graphique.     

Avant de quitter la littérature et la philosophie pour revenir à des sujets brulants d’actualité, un rapide retour en arrière vous permettra de prendre connaissance de deux notes sur Les Cités obscures de Schuiten et Peeters, mises en correspondance avec Les Villes invisibles d’Italo Calvino, d’une part, sur Babar bâtisseur, d’autre part. Vous les trouverez en introduction au chapitre XVI sur La littérature de l’espace et de la ville 1) « Dans la Jungle des villes » de Bertolt Brecht (notes 5 et 6). 

 

3752674607_716cdfac3d_nNouvelle Ecosse – Canada : Photo Ann Baekken (Flickr) http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/deed.fr

 1)      Les ghettos du Gotha de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot 

 
Lire la suite « XVIII – D’UN GHETTO L’AUTRE — 1) Les ghettos du Gotha de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot »