FREMISSEMENTS

Deux peupliers sur le chemin des Collines
Vincent van Gogh / Pixabay

Alors que de la terre monte une touffeur suffocante,
Frénésie bienvenue que celle qui s’empare du feuillage des peupliers,
Dont les rameaux s’élancent à l’assaut du pur azur,
Tout vibrants sous une brise ensorcelante,
Laquelle réveille en nous des désirs assoupis.

Encore faut-il être bien enraciné pour ne pas se retrouver abattu.  


Bien bel été chères lectrices, chers lecteurs, et à septembre le bonheur de vous retrouver pour cheminer ensemble dans la « pensée », qui ne saurait désarmer sans mettre en péril la terre et l’humanité avec.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s