LYRIQUE A N’EN PLUS FINIR

Assis sur un tapis de feuilles mortes abandonnées là par l’automne,
A l’ombre d’un saule qui, pour une fois, souriait aux rayons du soleil de midi,
Délaissant le souvenir et le rêve qu’il sera toujours temps de rappeler ou de convoquer,
Se laisser aspirer par le bonheur d’être qui imprègne toutes choses alentours,
Pénétrer par effraction dans leur intimité…

Le lyrisme ne connaît pas de fin.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s