HIC ET NUNC

Vincent van Gogh
Nuit étoilée (1889)
MoMA / Wikimedia Commons

En tant qu’elle défie l’entendement, la question de l’existence de Dieu est proprement inepte ; sauf à en avoir une intuition purement affective, justifiant par ailleurs la croyance en la prédestination.

Existence de Dieu ou pas, personnel ou non, éternité ou immortalité (par les œuvres), esprit ou matière, autant de projections de notre logique d’« animal politique », qui, une fois expulsées hors de soi et du monde, sont aussi dépourvues de sens que de réalité.

Alors qu’importe, autant s’en remettre à l’« être » – sans majuscule : à ce qui est, ici et maintenant, qui devrait bien plutôt nous préoccuper et faire l’objet de tous nos soins, si tant est que l’on aspire à jouir de ses attributs, qui s’imposent à soi dans leur évidence sensible. C’est à ce prix, inestimable, qu’il méritera d’acquérir – avec la majuscule – ses lettres de noblesse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s