INTERMEDE POUR UNE EPIPHANIE : Sans l’once d’une nostalgie

Pincée de sel sur un temps révolu

Te souviens-tu de cette soirée ? J’étais passé prendre des notes de cours. Aussi férue de littérature médiévale que je l’étais peu, qu’est-ce qui t’a prise de sortir de ta bibliothèque un livre d’art enluminé ? Coude contre coude sur le canapé, tes bras refusés, sur fond de l’abîme frôlé ce soir-là je vois encore les silhouettes s’animer sous la main de l’artiste.

Ce ne fut jamais qu’une occasion manquée. Etincelle de désir redoutée, jaillie d’un concours de circonstances, d’une rencontre fortuite, prête à ranimer la flamme qui couve sous la monotonie des jours au moindre signe évocateur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s