FABLE POUR LE TEMPS PRESENT

Danse macabre par Michael Wolgemut (1493)
Chronique de Nuremberg
Photo PICRYL / BibliOdyssey

Il était une fois des « gilets jaunes » perclus de frustrations qui, dans l’ivresse de la transgression, abolirent toutes barrières et s’affranchirent de toutes limitations, ouvrant toutes grandes les vannes de la convoitise. Et le peuple, à la poursuite de son destin, de s’engouffrer, à tombeau ouvert, sur les autoroutes du pouvoir et de la liberté – de la toute puissance – conquises en son nom de haute lutte.

A la poursuite de son destin… à tombeau ouvert ! Mirifique perspective pour un peuple à la peine, préfigurée par les danses macabres autour des derniers péages et des derniers radars, victimes des derniers sacrificateurs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s