PAUL VIRILIO in memoriam

Extrait d’Archéologie du bunker
Thierry Ehrmann / Flickr

La mort présente pour les célébrités quelque peu passées de mode ce paradoxe d’être résurrection avant d’être inhumation : le défunt nous rappelle à son bon souvenir. Virilio mort, deux ans et demi après Claude Parent, son compagnon en exploration d’utopies, nous reviennent ses angoisses et obsessions, desquelles, par bunkers interposés, il sut faire émerger une espérance « oblique », que la critique ne saurait sous-estimer, tant  l’ « obliquité »,  théorisée et mise en pratique par son congénère architecte, facilite le passage d’un palier à l’autre, les transitions, aplanissant des dénivelés par trop abruptes et permettant de jouir de perspectives renouvelées.

http://urbainserre.blog.lemonde.fr/2014/09/03/xix-la-ville-int…-de-paul-virilio/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s