A L’AUBE, DEVANT UNE TASSE DE CAFE

Café de la Paix
Constant Korovine (1939 au plus tard)
Wikimedia Commons

L’attente

Qui n’a jamais attendu – vainement – par un petit matin embrumé à la terrasse d’un bistro, seul devant une tasse de café, avant de partir on ne sait où. Attendu quoi ? Tout et rien, tant les nuées de l’aube rendent aléatoire, imprévisible la survenance de l’évènement. Rien : ni être ni chose. Tout : homme ou femme.

Attente irrésistible, rencontre improbable…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s