APHORISME POUR UN 15 AOUT, FETE DE L’ASSOMPTION

Bartolomé Esteban Murillo (1660-1670)
           Musée de l’Ermitage                  Photo Wikimedia Commons

Plus rude sera la chute

Entre celles qui, dans un pitoyable caboulot, par une nuit de déprime, vous tombent dans les bras et celles que, dans une garçonnière de rêve, par un soir de tendresse, on prend dans ses bras, on n’échappe pas à son destin : il faut encore compter avec ceux qui, pour cette raison-ci ou cette raison-là, au coin d’une rue, vous tombent tôt ou tard dessus… à bras raccourcis.

Pourtant point de fatalité sous le soleil. Se méfier des coins de rue obscurs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s